Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
PAS et REPAS

Rando citadine "Au coeur de la cité" no2

21 Mars 2018, 08:57am

Publié par Maryjo

Voici la suite de notre parcours à travers les vieux quartiers de Marseille

Sur le 1er article nous nous étions quittés à la "Place des Augustins", aujourd'hui nous allons continuer notre chemin par la rue Caisserie pour arriver à la "Place de Lenche"

 

Place de Lenche est selon les "dire" la plus ancienne place de Marseille; Elle coïncide en partie avec le centre de la ville antique, située à l’emplacement de l’ancienne Agora grecque. Elle fut appelée place St Sauveur, du nom du couvent fondé par St Cassien au 5e siècle c'est au 16e siècle que la place prend son nom actuel.

Les sous sol de la place sont occupés par les « Caves St Sauveur », constructions en pierre de taille. Ces caves sont divisées en 7 salles (toutes égales et parallèles. Ces caves sont considérées comme monument antique.

Leurs fonctions : magasins, greniers à blé, réservoir d’eau, salles de bain publiques. Classées « Monument Historique »

 

De la place de Lenche nous allons prendre la"Montée des Accoules" pour accéder au Panier; Elle relie la Place de Lenche à la Place Daviel ; Cette rue très pittoresque avec ses escaliers au niveau de la place Daviel offrant une belle perspective sur le clocher de l'église des Accoules ;

Cette rue s'appelait autrefois « Montée de l'observatoire ». En effet au sommet de celle-ci, les Jésuites possédaient un bâtiment appelé « maison de Sainte Croix » dans lequel ils installèrent en 1702 grâce à l'appui de Pierre Gassendi un observatoire ;

Au 29 montée des accoules, le "Préau des Accoules" Ancien collège Jésuite du XVIIIe siècle, puis observatoire Royal et siège de l’Académie des sciences, des lettres et des Beaux arts. Il accueille des expositions conçues pour le jeune public et constitue le Musée des enfants de la ville

 

Le Panier est le quartier le plus ancien de Marseille. Perché comme un village en Italie, c’est un entrelacs de rues étroites, penchées et tortueuses, d’immeubles très anciens, d’enfants qui jouent dehors et de linge qui sèche à l’air libre… Ici, tout le monde se connaît ; Un lieu idéal pour découvrir un Marseille charmant et populaire.

S'engager dans l’une de ces petites rues grises, aux façades défraîchies mais aux volets chamarrés. Elles portent des noms qui nous parlent d’une autre époque, ces rues Baussenque, des Muettes, des Mauvestis, ou du petit puits. De là, faire une halte sur la place des Moulins, presque un village.

 

Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2

A travers notre périple dans le "quartier du panier" nous avons parcouru quelques unes de ses rues typiques et charmantes!

Rue du Refuge : À la demande des consuls, une maison est achetée par la ville en 1647 pour y loger la fondation de Saint-Joseph destinée à venir au secours des prostituées. Celles-ci entraient par la rue déshonneur (actuellement rue des honneurs) et après un séjour de rééducation ressortaient par la rue des Repenties. Durant leur détention, leurs cheveux étaient coupés car c’étaient « les cordes par lesquelles le diable les tenait captives »

 

Rue du Panier : En 1683, il est question du « Logis du Panier », auberge dont un panier était pendu à l’entrée et donna son nom à la rue et ensuite à tout le quartier

 

Rue du Petit puits: Cette rue avait un puits en son milieu, le « puits Saint Laurent ».On le fit combler car il gênait la circulation et que l’on y trouvait fréquemment des noyés !!

Au no 22, maison natale de Pierre Puget

Au no 34, petit balcon en ferronnerie.

 

Rue Mauvestis ," rue des mal vêtus" c'est là que le papa de Jacques rouge avait un atelier de couture et confectionnait des vêtements; Nous sommes passés devant et il nous a raconté ses souvenirs de cette époque!!  Plus tard son papa fut couturier à l'Opéra de Marseille;

 

Rue  des Moulins, Le cœur du Panier, du nom d'une de ses rues, est un des plus anciens et des plus pittoresques quartiers de la ville. Il est agréable de s'y promener et de flâner dans ce quartier aujourd'hui bien rénové et même un peu mode. On y trouve au détour des rues, des boutiques d'artistes tels que des peintres ou des potiers dans lesquelles on peut trouver des objets insolites, originaux, uniques...

 

Place des Moulins : Ici, on est au point culminant du Panier et il est bon de noter qu'au-dessous se trouvent les citernes de la ville. En fait, elle doit son nom aux moulins à vent qui s'y trouvaient au XVIème siècle. On raconte même que jusqu'à quinze de ces engins faisaient tourner leurs ailes. Au No 28, un des anciens moulin.

On constate que la ville avait des moulins à l'intérieur de ses murs. C'était tout simplement stratégique, en cas de siège, les habitants pouvaient s'en servir !Aujourd'hui, on peut encore voir 3 tours en bordure de la place et une des tours d'un

moulin bien restaurée rappelle la vie ancienne: comme ses nombreux voisins sur les collines de Marseille, il assurait la fourniture en farine des Marseillais.

Cette place était le point culminant de la vieille ville 42 mètres.

Place des Moulins nous avons fait une photo devant l'école où allaient Jacques Rouge et Andrée Flandin et où enseigna Lydie Carducci...Souvenirs, souvenirs!!

 

Place des Pistoles, La place des Pistoles est située dans le périmêtre de la ville antique sur le versant Nord/Ouest de la Butte des Moulins et au sud de l'ancien hospice de la Vieille Charité; C'est une des places très agréables de Marseille; On y trouve de nombreux restaurants et des boutiques du cru ainsi que du Street-Art.

 

Vieille Charité: Hospice de la charité.

En 1622 la ville vote la création d’un hospice pour renfermer dans un lieu propre, les pauvres, natifs de Marseille. Les mendiants étaient nombreux à Marseille.

Plusieurs fois agrandi, l’hospice fut enfin terminé en 1729. Il servit de caserne pendant la guerre de 14/18. Puis il est transformé en logements populaires pour les familles sans abris.

Il devint ensuite entrepôt de mûrissement de bananes.

En 1968, on commence sa restauration ; Il est actuellement un lieu polyculturel qui accueille toute l’année des expositions.

 

Passage de Lorette: Dans cette rue se trouvait au XIIIe siècle une fondation hospitalière, appelée Saint-Jacques de l’épée, destinée à venir en aide aux croisés indigents s’embarquant pour la terre sainte. Au XVIe siècle les pères servites occupent le couvent appelé « Notre-Dame de Lorette ». Le couvent est supprimé en 1775 et vendu le 28 octobre 1784 puis démoli ; Le passage de Lorette, de nos jours on y voit plus grand chose. Il n'y a pas si longtemps on y voyait, la vie dans les étages, les fils suspendus entre les fenêtres des immeubles, du linge reliant deux habitations.

 

Nous terminons la visite du quartier du Panier par la Vieille Charité et par la rue de Lorette nous rejoignons le "Passage de Lorette" et le haut de la rue de la république;
 

Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2

 

Nous descendons  la rue de la République jusqu'à la place Sadi Carnot place baptisée à l'origine, place Centrale elle devait être le nœud de jonction de deux autres artères haussmanniennes. Le projet n’a pas abouti mais l’une d’entre elles a toutefois été réalisée : il s’agira de la rue de l’Impératrice, future rue Colbert.

Elle se situe précisément à l’ancien emplacement du col qui séparait la butte des Carmes, à l’est, de la butte des Moulins ; Parmi les immeubles qui la bordent, se dresse l’ancien siège de la Compagnie des Messageries Maritimes, aujourd’hui Hôtel des Impôts. À l’origine, cet immeuble était occupé par l’hôtel Régina, établissement de luxe qui s’adressait aux premiers croisiéristes de Marseille, ainsi qu’aux riches investisseurs et autres commerçants.

 

Puis nous prenons la rue Colbert et très vite la rue Puvis de Chavannes et arrrivons à  la Rue Sainte Barbe que nous remontons et dans celle-ci on emprunte un petit jardin en montant à gauche, passage assez insolite dans ce quartier qui grouille...celui-ci nous mène directement à l’Église des CARMES;

 

L’Église des CARMES se trouve au sommet de la butte des Carmes, une des trois buttes avec celles de Saint-Laurent et des Moulins, qui étaient situées à l’intérieur des remparts hellénistiques (200 – 49 av. J.-C.) et qui ont subi l’assaut des troupes de Jules César. Des fouilles ont été entreprises de 1981 à 1985 et ont confirmé une occupation très ancienne dès le VI siècle av. J.-C. Elle a été classée Monument historique par arrêté du 20 janvier 1983.

 

Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2

De là, prenons la Rue des grands Carmes puis le Bd Des Dames que nous remontons jusqu'à la Porte d'Aix en passant devant le Conseil régional;

 

Porte d’Aix: Le projet d’élever un Arc triomphal à Marseille date de l’Ancien Régime. En 1784, les échevins de la ville décident de la construction d’un arc de triomphe en l’honneur du Roi Louis XVI. L’emplacement de la porte d’Aix est choisi, il correspondait à la porte Nord des remparts. En 1823 à l’initiative du Marquis de Montgrand, maire de Marseille, afin de rendre hommage aux exploits du Duc d’Angoulême en Espagne et de sa victoire au Trocadéro. La première pierre est posée deux ans plus tard, le 6 novembre 1825 après un aménagement de la place. L’Arc de la Porte d’Aix est finalement achevé en 1839, seulement trois ans après celui de l’Étoile à Paris. Par sa forme, le monument rappelle l’Arc de Titus, ses dimensions sont harmonieuses avec ses quelques 18 mètres de haut et ses sculptures ornementales.

 

Cinq ans après le foudroyage du pont qui enjambait l’autoroute à deux pas de son terminal, la Porte d’Aix s’apprête à ouvrir une nouvelle page de son histoire avec les travaux de requalification de l’espace public autour d'elle.
C'est un projet essentiel pour l'avenir de ce quartier Euroméditerrannée.

Les travaux d’aménagement de la place Jules Guesde et du boulevard Charles Nédelec autour de la Porte d’Aix sont terminés.

L'achèvement de ces travaux va permettre désormais d'envisager l'aménagement du
futur grand parc Saint-Charles, un parc urbain de 1 ha dessiné par le paysagiste Alfred Peter. Gardienné et fermé la nuit, cet espace végétal sera l’épine dorsale du nouveau quartier qui sort actuellement de terre.

Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2
Rando citadine "Au coeur de la cité" no2

Fin de ce 2è épisode retraçant le parcours de notre "Rando citadine" dans les vieux quartiers de Marseille la doyenne des Villes françaises...un 3è épisode terminera notre périple!

Commenter cet article

gisele 22/03/2018 16:03

très intéressant!