Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
PAS et REPAS

Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume

15 Décembre 2018, 10:00am

Publié par Gisele

Rando citadine dans les quartiers d’Endoume, Bompard- des Prophètes au Vallon des Auffes.

 

 

        Maryjo et Gérard ont donné rendez-vous à l’arrêt du bus 83 (le Prophète) et c’est sous un soleil pâle et pas du tout radieux (selon la météo) que les derniers arrivants rejoignent le petit groupe ….18….19 (J-Marie nous attend sur les hauteurs).

Il est 9h15, le départ est donné par les escaliers de « la montée de la batterie »  d’où l’on peut avoir un panorama sur l’Anse du Prophète et les îles .

Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume

       Nous prenons à gauche « la montée du plateau »  et atteignons le " chemin de la Batterie" au Roucas Blanc , puis la « Place des 4 points cardinaux », « la  Traverse Zéphir » qui nous ramène sur le chemin « du Roucas Blanc » (qu’il est inutile de traduire en Français !!) d’où l’on peut apercevoir au-dessus des hautes murailles de belles demeures des 19 et 20° siècles .

Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume
Rando citadine 3/12/2018 les Hauts d' Endoume

     Nous bifurquons à gauche par la « traverse Ismaël » où un vestige « rocaille » attire notre attention, puis à droite par la traverse des « Bourguignons » (peut-être une colonie d’étrangers immigrés !!) où deux séries d’escaliers nous attendent : en descente d’abord suivis d’une volée en montée beaucoup moins facile.

On débouche sur « la Traverse Nicolas » et partons sur la gauche jusqu’à la « montée de la Napoule » comportant 58 riverains.

 

 

 

Pourquoi "Prophète" et "Ismael"? il se pourrait que notre célèbre anse de sable fin tire son nom du chanteur lyrique Jean-Vital JAMMES qui résidait juste à côté dans la villa Ismaël (son nom de scène). Son interprétation dans " Le Prophète" opéra de Meyerbeer en 1849, a du inspirer les habitants du quartier pour baptiser le site.

La Napoule: du grec nea et polis, nouvelle ville car dès 1850 la mise en place de l'omnibus entre la place Royale (aujourd'hui place du Général-de-Gaulle) et les quartiers Sud Bonneveine,Mazargues ouvrit la Ville vers le Sud.

 

13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22
13-22

13-22

        Nous poursuivons sur la traverse Nicolas et arrivés devant un escalier montant.. alors qu’il aurait du descendre…, nous voilà partis dans une variante que nous pourrions qualifier « d’incontrôlable » et toujours à la recherche de « la montée des Croquants » (il faut dire à la décharge des meneurs du jour, que bon nombre de plaques de rues ont disparu par le fait de ravalements et autres impondérables… !)

Toujours est-il que parfois notre tracé initial se perd et mettra un certain temps à se retrouver… !

Nous empruntons comme prévu la rue Emile Duployé , que nous suivons jusqu’à la « traverse de Roux » qui descend à  gauche et qui se finit, devinez-quoi ? Par un escalier et arrivé au bas, on prend à droite ce que nous pensons être l’impasse Chanot (mais « yapas » de plaque)… Un panneau « colline Chanot », puis avenue des « Roches » qui se poursuit par la rue Chanot où une tour d’observation ayant servi à contrôler le mouvement des bateaux marchands à l’approche ou au départ du port de Marseille est située sur un promontoire .

23-28
23-28
23-28
23-28
23-28
23-28
23-28
23-28
23-28
23-28

23-28

     

        La rue Chanot, tantôt ruelle, tantôt escalier ,puis après avoir traversé la rue des Roches, nous nous octroyons une pause bien méritée .

Juste après 100m dans la rue Chanot, nous débouchons chemin du vallon de l’Oriol  qu’il faut remonter jusqu’à la rue Perrinet Pey où Jacques nous informe de son caractère à double-sens et qu’il faut être vigilant.

Cette rue débouche sur le Bd. Bompard que nous remontons sur la gauche jusqu’à la rue du Soleil, puis le traverse Mathias et enfin le vallon de la Baudille par la traverse du même nom .

Tous ces noms de rue viennent des noms des propriétaires terriens qui donnèrent des terrains pour ouvrir des voies lors de la création de la Corniche en 1848 et la mise en place de l'omnibus.

29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40
29-40

29-40

   

     Nous atteignons la rue Frédéric Granier par la traverse Ollivary mi-rue , mi-escalier, en descente qui nous amène à l’entrée piétonne-Est du Parc de la Villa Valmer « vague à la mer ou va à la mer» édifiée par l’architecte Condamin en 1861 pour le compte de Charles Gounelle, riche négociant en oléagineux.

Cette belle bâtisse est située face à la mer dans un parc d’essences végétales variées aujourd’hui propriété de la Ville de Marseille.

 

Après avoir abrité l’École de la Marine Marchande  de 1967 à 1971,et ensuite jusqu’en 2002 les services de l’agence d’urbanisme, l’ONUDI (filiale de l’ONU pour faciliter le développement industriel des Pays Membres), l’OCEMO (l’office de coopération économique pour la Méditerranée et l’Orient), elle est aujourd'hui de convoitise immobilière.

Le 9 avril 2018, le Conseil Municipal a voté par délibération l'octroi d'un bail de 60 ans à un promoteur afin de la transformer en Hôtel-restaurant de luxe.

Le promoteur devrait obtenir un bail emphytéotique de 60 ans, contre un investissement de 15 millions d’euros, puis un loyer de 300.000 euros, ainsi qu’une part variable sur les bénéfices.

Il s’agirait d’un hôtel 5* de 40 chambres et la Mairie soutient que 90% du parc resterait accessible au Public !!!

41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42
41-42

41-42

     

En attendant, nous profitons de ce Parc (tant que c'est possible).

La descente nous permet d'admirer ce panorama exceptionnel avec le reste du Parc et toute sa végétation.

 

43-54
43-54
43-54
43-54
43-54
43-54
43-54
43-54
43-54
43-54
43-54

43-54

Nous débouchons sur la Corniche Kennedy juste en face des bâtiments du Marégraphe (où le niveau "zéro" de la France est défini) et prenons à droite jusqu'au Rhul, restaurant emblématique de la Corniche qui a longtemps été réputé pour sa célèbre Bouillabaisse.

 

 

Nous remontons à droite par le Chemin du Pont, coupé à la circulation à cause d'un glissement dû aux récentes pluies et longeons un mur assez haut, enceinte du Théâtre Sylvain; nous rejoignons la rue des Flots Bleus, la traverse Frioul et la rue Papon et alors là nous sommes encore une fois obligés de modifier notre tracé pour cause de clôture intempestive...et redescendons par un escalier pour rejoindre la petite anse de la Fausse Monnaie.

 

55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68
55-68

55-68

 

     Nous passons sous le viaduc construit en 1863, longeons le « Petit Nice » de Gérald Passedat 3* au guide Michelin depuis 2008 ; nous arrivons à l’anse de Maldormé où nous pouvons admirer une très belle villa "la Petite Ourse" dans diverses séries et films.

Après franchissement d’une volée de marches supplémentaires, nous atteignons le chemin de la batterie des Lions et nous trouvons face à nous, la Station Marine d’Endoume CNRS spécialisée dans les Sciences de la Mer.

 

69-72
69-72
69-72
69-72
69-72
69-72
69-72
69-72

69-72

Nous partons à gauche, remontons la rue de la Douane, puis à gauche le Plateau de Malmousque et atteignons le lieu de notre halte méridienne vers 12h20.

Nous déjeunons de bon appétit à l’abri mais sans soleil (encore une erreur de la météo !).

73-77
73-77
73-77
73-77
73-77
73-77
73-77

73-77

 

En face de nous  2 ilôts : le premier, un affleurement rocheux appelé îlette d’Endoume; le second, ilôt Gaby ou île Degaby, surmonté d’un fortin du XVII° siècle, cadeau plus tard (1914) de M.Laval, industriel marseillais à sa femme Liane Degaby(artiste de la Belle Epoque) qu’elle transforma en luxueuse résidence, et non pas comme le veut une certaine tradition orale à l'artiste Gaby DESLYS.

 

 

 

Il est 13h10, et on repart et direction de la presqu’île de Malmousque et arrivons par la rue « va à la Calanque » à l’anse de Malmousque  où nous longeons sur la droite une vingtaine de logements en bande, sorte de cabanons « les pieds dans l’eau ».

78-80
78-80
78-80

78-80

 

       Nous remarquons sur un groupe de rochers à l’entrée de la calanque , une sorte d’obélisque cylindrique (appelé populairement « le zizi de Marius ») et servant jadis au réglage des pièces d’artillerie embarquées depuis le large.

Un dernier coup d’œil à  la belle calanque de Malmousque et nous reprenons pied sur la corniche par une autre volée de marches.

 

       Nous arrivons à la hauteur du monument aux Héros de  l’armée d’Orient et  des terres lointaines (érigé en 1927 par Castel, pour honorer les soldats de la Première Guerre Mondiale).

 

 

 

 

81-86
81-86
81-86
81-86
81-86
81-86
81-86

81-86

 

       Puis , par un escalier descendant au pied du viaduc s’ouvrant sur le petit port du vallon des Auffes(où jadis les auffiers mouillaient et séchaient ici leur paille servant à fabriquer des cordages pour les bateaux."Aufo" en Provençal désigne les cordages), nous pénétrons dans la Calanque, et jouons les touristes en nous faufilant dans tous les recoins de ce charmant petit endroit .

 

Maryjo et Gérard, qui ont déjà perdu quelques membres après Malmousque, décident d’arrêter la rando en remontant sur le viaduc ; les arrêts du bus 83 sont là et on se sépare en fonction des directions prises , il est 14h10 et tout le monde rentre à la maison en ayant découvert ou re-découvert un bien charmant quartier de Marseille.

 

 

 

 

 

 

87-91
87-91
87-91
87-91
87-91

87-91

 

    Pour les personnes intéressées par l'autre Gaby, dont nous avons parlé pendant notre rando, il s'agit de GABY DESLYS (née Marie Elise Gabrielle Caire -1881-1920), née à Marseille rue de la Rotonde et après une vie courte mais trépidante, avait acheté en 1918 pour 500 000 francs une somptueuse villa sur la Corniche, la Villa Maud (n°299) appartenant à l'industriel JB Rubaudo.

Elle n'en profita pas longtemps, minée par la tuberculose, elle l'a légua à la Ville en souhaitant que cela devienne un Hôpital pour les pauvres.

Aujourd'hui la Villa appartient à l' AP-HM qui en a confié l'exploitation à MCO Congrès ,organisateur professionnel de congrès, rendant à cette belle villa des années folles une certaine vitalité.

 

 

Le  spectacle "Gaby, mon amour" que nous vous recommandions montre l'ascension en chansons de cette artiste de music hall.

 

 

 

Merci à nos animateurs, Maryjo et Gérard pour cette belle balade (avec ces nombreux escaliers).

Merci aux photographes Gérard et Francis.

Performances de la journée

Distance…….9kms

Dénivelé…….250m

Marche……..4h30

http://labuttebompard.com/butbompard/

 

 

Commenter cet article

michele 15/12/2018 16:18

Secteur pittoresque et fatigant avec tous ces escaliers. Auffes : c'est la graminée Alfa utilisée en plus des cordages pour des nattes ou filets de pêche