Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adresses à retenir..

 
Auberge de la Cascade
Saint Chély du Tarn
48120 Ste Enimie
 
Gîte d'étape "La Martinette"
Hameau la Martinette
38580 La Ferrière d'Allevard

 Les Ecuries de l'Aube
Route de Vauvenargues
13100 St Marc Jaumegarde

Cliquer ici


SALONS de SAINT PONS
 (où nous avons fêté Mado)
13420 Gémenos
04 42 84 15 14

Cliquer ici

Terre de Chanvre
10 rue Fontange 13006
Marseille 
tel : 04 91 42 06 75
  Cliquer ici.

Le Relais d'Aguilar
 Tuchan 11350
Tel: 0468454784

Cliquer ici

Relais Cap France "La Jacine"
Bouvante le Haut
Idéal pour vos séjours dans le Vercors.

Cliquer ici


"Bijoutia - Claudia.B"
Création artisanale de bijoux.
Montréal - Canada
Cliquer ici
 
Roland FERRANDI
Tous travaux électricité
23 Traverse de Rabat 13009 Marseille
TEL : 0680151644
E-Mail : frelec09@gmail.com

Gilles DI MARTINO
Une aide précieuse pour tous vos
"problèmes informatiques"
Portable : 0633602150
 Courriel : aide.ordi13@free.fr
 

Rechercher

">

Ma Musique

23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 19:12
 
 
 

 

    Une troupe de souris s’en allait, durant les mois d’hiver,
 

    Grimper dans les collines pour respirer de l’air

 

    Encadrée de deux grands rats musclés,  

 

    Chargés par la ville de bien les surveiller.

 

    La Provence est belle en la morte saison,

 

    Rochers dénudés, rousses frondaisons,

 

    Joyeux repas sur le gazon,

 

    Tout allait pour le mieux chez la gent souriquoise.

 

    Las, ce bonheur fut soudain menacé,

 

    Par la faute de décrets qui allaient  

 

    Leur troupe totalement arrêter.....                                                                     
 

    On poussa force cris, force gémissements.

 

    Les souris tinrent conseil promptement,

 

    L’une d’elles qui grimpait mieux qu’une autre,

 

    Monta sur un rocher pour faire le solennel serment,

 

    Qu’elles allaient reprendre leurs plaisants cheminements.    

                       

   Elle revint au terrier

 

   Pour songer à l’affaire.

 

   il ne fallait rien négliger,

 

  Avec présidente et trésorier,

 

  Elle-même allait faire le courrier,

 

  Un troisième devait les repas préparer,

 

  Tant et si bien qu’au bout du compte

 

  La petite troupe était prête,

 

  A remonter les pentes sans autre forme de procès…

 

  Les jeunes rats furent conviés à la fête du peuple souriquois,

 

Ils approuvèrent son nouveau règlement, ses nouvelles lois, 

                 

           Et de bon cœur se mirent à l’ouvrage 

 

           Pour reformer les rangs qui s’étaient  disloqués.                    
            

               On voit par cette modeste fable,

    Qu’il est plus raisonnable

De toujours ne compter que sur soi.

    Colette Colmerauer 

Partager cet article

Repost 0

commentaires