Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adresses à retenir..

 
Auberge de la Cascade
Saint Chély du Tarn
48120 Ste Enimie
 
Gîte d'étape "La Martinette"
Hameau la Martinette
38580 La Ferrière d'Allevard

 Les Ecuries de l'Aube
Route de Vauvenargues
13100 St Marc Jaumegarde

Cliquer ici


SALONS de SAINT PONS
 (où nous avons fêté Mado)
13420 Gémenos
04 42 84 15 14

Cliquer ici

Terre de Chanvre
10 rue Fontange 13006
Marseille 
tel : 04 91 42 06 75
  Cliquer ici.

Le Relais d'Aguilar
 Tuchan 11350
Tel: 0468454784

Cliquer ici

Relais Cap France "La Jacine"
Bouvante le Haut
Idéal pour vos séjours dans le Vercors.

Cliquer ici


"Bijoutia - Claudia.B"
Création artisanale de bijoux.
Montréal - Canada
Cliquer ici
 
Roland FERRANDI
Tous travaux électricité
23 Traverse de Rabat 13009 Marseille
TEL : 0680151644
E-Mail : frelec09@gmail.com

Gilles DI MARTINO
Une aide précieuse pour tous vos
"problèmes informatiques"
Portable : 0633602150
 Courriel : aide.ordi13@free.fr
 

Rechercher

">

Ma Musique

25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 12:43

 

     Le corbeau et le renard 

        vus par un marseillais       

Jean-Louis Sanmarti

 

C'était un beau gabian, qui furait les poubelles,

Car y a plus de poissons au large de Pomègues.

Il espinche et mate, à la pointe de l'île,

Dans un trou de rocher, un moulon de bordilles.

A l'espère, dès l'aube, affamé, fracassé,

Il se cherche un asseti pour pouvoir mastéguer.

En fouillant dans le tas, son oeil est attiré,

Par un toc de Banon, qui sert à broméger.

Hélas, il était dur et à l'intérieur vide,

Je peux bien se dit-il me gratter l'embouligue,

Et comme l'on dit : « qui a bien dormi a dîné »,

Il monte dans un pin pour faire un pénéqué.

Arrive un cahu, fin comme une esquinade,

Qui avait les boyaux mêlés comme une rague.

En découvrant l'oiseau et son toc de fromage,

Aquelo empego, dit-il, cela est bien dommage,

Je pourrais bien me faire péter le bédélé,

Moi, qui n'ai jamais su pêcher un pataclé.

Ô gari ? Chaspe moi, à moins que je ne rêve ,

Car de te voir ainsi, les yeux me parpelègent,

Tu es vraiment le plus beau de Marseille à La Ciotat,

Si je ne t'avais vu, je serais mort d'estransi,

Si tu chantes aussi bien que ta robe est jolie,

Mes esgourdes croiront ouir Pavarotti.

Le gabian sur sa branche, de rire s'estrasse,

Aquêu cabot, qui pour manger s' escagasse,

J'ai aussi faim que lui et voudrais bien chacler,

Mais au lieu de baffrer, je vais bien m'esclaffer.

Il lâche le banon que le stassi achoppe,

Comme un cacou d'Endoume qui frotte sa minotte,

Et part en cavalant, comme un petit boumian,

Qui a chipé vingt ronds au bain des Catalans.


Moralité.
 

Si un jour, par un nervi, tu te fais pessuguer,

Ne sois pas le couillon qui est toujours aganté.

Tu bromèges un peu comme avec les girelles,

Et tu attends que ça pite, pescadou de Marseille

Partager cet article

Repost 0
Published by J.L.Sanmarti - dans Poésie
commenter cet article

commentaires