Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adresses à retenir..

 
Auberge de la Cascade
Saint Chély du Tarn
48120 Ste Enimie
 
Gîte d'étape "La Martinette"
Hameau la Martinette
38580 La Ferrière d'Allevard

 Les Ecuries de l'Aube
Route de Vauvenargues
13100 St Marc Jaumegarde

Cliquer ici


SALONS de SAINT PONS
 (où nous avons fêté Mado)
13420 Gémenos
04 42 84 15 14

Cliquer ici

Terre de Chanvre
10 rue Fontange 13006
Marseille 
tel : 04 91 42 06 75
  Cliquer ici.

Le Relais d'Aguilar
 Tuchan 11350
Tel: 0468454784

Cliquer ici

Relais Cap France "La Jacine"
Bouvante le Haut
Idéal pour vos séjours dans le Vercors.

Cliquer ici


"Bijoutia - Claudia.B"
Création artisanale de bijoux.
Montréal - Canada
Cliquer ici
 
Roland FERRANDI
Tous travaux électricité
23 Traverse de Rabat 13009 Marseille
TEL : 0680151644
E-Mail : frelec09@gmail.com

Gilles DI MARTINO
Une aide précieuse pour tous vos
"problèmes informatiques"
Portable : 0633602150
 Courriel : aide.ordi13@free.fr
 

Rechercher

">

Ma Musique

8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 19:50


Vous souvenez vous du lundi 15 octobre 2007 où nous sommes

allés randonner à Pourrières ? Voici ce que nous a écrit

Arlette Poulain sur ce sujet :

 

Pourrières est la patrie du poète Germain Nouveau (1851-1920) Fragilisé par

la mort de ses proches quand il était encore enfant, il « monte » ensuite à Paris

et fréquente Rimbaud, Verlaine, Villiers de l’Ille Adam, etc…Toute sa vie,

il se sentira du côté des malchanceux. Après une crise de folie mystique,

il entre dans 30 ans de pauvreté et de vagabondage. Il mendiait à la porte

des églises, à Aix notamment (Cézanne en fait mention dans ses écrits)

 
Germain Nouveau était également dessinateur et peintre, il a participé à la

fondation du « Cercle zutique » qui faisait paraître un album très anti-conformiste.

Il est mort dans l’oubli. Ses poèmes lui ont survécu grâce à ses amis, car lui-même

n’avait pas le souci de les publier et il en détruisait beaucoup.

Voici un extrait de « Les mains » :

C’est Dieu qui fit les mains fécondes en merveilles,

Elles ont pris leur neige au lys des Séraphins,

Au jardin de la chair ce sont deux fleurs pareilles,

Et le sang de la rose est sous leurs ongles fins,

 
Il circule un printemps mystique dans les veines,

Où court la violette, où le bluet souri ;

Aux lignes de la paume ont dormi les verveines ;

Les mains disent aux yeux les secrets de l’esprit

 
Les peintres les plus grands furent amoureux d’elles,

Et les peintres des mains sont les peintres modèles.

 
Comme deux cygnes blancs, l’un vers l’autre nageant,

Deux voiles sur la mer fondant leurs pâleurs mates,

Livrez vos mains à l’eau dans les bassins d’argent,

Préparez leur le linge avec les aromates.

 
Les mains sont l’homme, ainsi que les ailes l’oiseau ;

Les mains chez les méchants sont des terres arides ;

Celles de l’humble vieille, où tourne un blond fuseau,

Font lire une sagesse écrite dans leurs rides.

 
Les mains des laboureurs, les mains des matelots

Montrent le hâle d’or des Cieux sous leur peau brune,

L’aile des goélands garde l’odeur des flots ;

Et les mains de la Vierge, un baiser de la lune

 

Servez vos mains, ce sont vos servantes fidèles ;

Donnez à leur repos un lit tout en dentelles.

Ce sont vos mains qui font la caresse ici-bas ;

Croyez qu’elles sont sœurs des lys et sœurs des ailes

Ne les méprisez pas, ne les négligez pas,

Et laissez-les fleurir comme des asphodèles….

(Œuvres poétiques)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Maryjo - dans Poésie
commenter cet article

commentaires