Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
PAS et REPAS

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

10 Mai 2018, 07:00am

Publié par Gisele

Lundi 7 Mai 2018, la rando citadine annulée déjà 2 ou 3 fois pour cause de mauvais temps, n’avait pas été effectuée depuis le lundi 9 Mai 2013 et le temps incertain (déjà !) n’avait rassemblé qu’onze personnes…. Hé bien, aujourd’hui, c’est du pareil au même, car après l’arrivée de Mireille et Gérard, nous ne sommes que quinze.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

Les « météos » nous annoncent une belle matinée, mais quelques risques orageux persistent pour l’après-midi.

Après un faux-départ vers les 9h57, le téléphone sonne, c’est Maryjo qui nous informe que Mireille et Gérard arrivent.

Après avoir laissé le premier groupe à la garde de Jacques, Gérard (l’encadrant) va à leur rencontre et un regroupement s’opère au niveau du Bd Barry en face le groupe scolaire « Yavné ».

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

Arrivés à la traverse St Just, nous récupérons le tracé GR 2013, mais avant de partir plein Est, nous revenons en arrière pour observer le quartier traversé par le Jarret, ce qui donne l’occasion de rappeler les dangers de ce ruisseau qui peut , lors d’orages violents, passer de 500l/secondes à plusieurs dizaines de M3/secondes .

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

Demi-tour, nous reprenons notre itinéraire dans le bon sens, nous entamons la montée de la traverse St Just qui longe le groupe scolaire, passe sous la rocade S8 (avenue Jean Paul Sartre), puis se rétrécit en ruelle piétonnière en forte rampe tout en longeant de belles propriétés arborées.

Notre ascension se termine en atteignant le chemin de Montolivet et sur la gauche, nous apercevons la maison de retraite « Les Opalines La Roseraie »  ; nous traversons la rue et poursuivons sur la traverse des 4 chemins de Montolivet où Gérard montre les traces d’arcs et de voussures sur le mur droit longeant la rue, témoins de la présence d’un ancien ouvrage hydraulique.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

Après avoir longé la cité « Prés fleuris », sur la gauche, le panorama s’ouvre sur la chaîne de l’Etoile, en avant, le clocher de l’église de Montolivet.

Nous voilà aux abords de la rocade L2, en fait au-dessus car nous sommes sur la tranchée couverte de Montolivet qui à une longueur supérieure à 1000m. L’emprise de cette deuxième rocade de Marseille, comporte des parcelles en espaces réservés depuis 1930.

Le projet, une fois réalisé, a libéré toute une surface disponible à des aménagements paysagers , promenades, activités scolaires et sportives qui accueillent une fréquentation publique sur 11 hectares (2006) nommé « Parc de la Moline », en référence à Pierre Martin, le dernier propriétaire issu de Molines en Queyras dans les Hautes-Alpes, qui en 1935, avait acheté ce bien.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

Sur une plate-forme dominant le Parc, la Bastide Ranque réhabilitée par la ville (2008) .

Ce site datant de 1820 est aujourd’hui mis à la disposition par la Municipalité à l’association « Relais Nature » qui propose une sensibilisation à l’environnement destinée aux enfants.

Après une halte « toilettes », nous repartons vers le sud en traversant une série de plantations très luxuriantes en cette saison et rejoignons l’allée des primevères qui remonte en courbes jusqu’à l’auberge de jeunesse de Bois Luzy construite sur un promontoire avec vue panoramique sur la cité phocéenne.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

        L'aménagement du domaine de Bois-Luzy qui comptait initialement 23 hectares avec pinèdes, vignes, oliviers et arbres fruitiers remonte au XVIIe siècle, avec la famille de Robert de Ruffi, qui était notaire.
Pendant 6 générations, il restera dans leur patrimoine familial.

Le château, dans sa forme actuelle, fut construit vers 1850 par Monsieur De Saint Alary. Sa construction dura plusieurs années. La mosaïque du hall central fut exécutée par une équipe de mosaïstes italiens, les mêmes qui réalisèrent les mosaïques de la Basilique de Notre Dame de la Garde, à cette époque.

Le lustre de la Basilique de Notre Dame de la Garde provient du hall central du Château de Bois-Luzy : c'est la Marquise de Saint Alary qui en fit don lors de la vente du château.

Le château, de dimensions relativement modestes, avec 380 m2 d'emprise au sol, s'élève sur 3 niveaux. Il est ceint d'une grande terrasse de 2 000m2.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

       Nous arrivons sur l’avenue Charles Kaddouz, suivie sur 100m à gauche, puis obliquons à droite sur le chemin des sables jaunes qui se tortille au travers d’une zone pavillonnaire pour atteindre l’avenue de la petite Suisse, quartier  ayant sans doute reçu l’apport d’une colonie Suisse sans doute dans un but professionnel.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

      Nous traversons le Boulevard de Beaumont, observons le repos ensoleillé d’un chat, et poursuivons par la rue des Clématites ; c’est dans ce dédale de rues que nous pouvons admirer la Rocaille.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

    Le rocailleur est un artisan de la maçonnerie arborescente, rocaille de ciment ou « faux bois ».

Son travail est un art rustique de vieille tradition plus que centenaire, à l'origine des décorations et ornements de jardin, dès l'invention du ciment Portland vers 1850  (création artistique et artisanale de rochers, ponts, rambardes, kiosques ou mobilier).

La rocaille de ciment a été employée pour l'une des premières fois en 1866 aux jardins des Buttes Chaumont. On peut aussi en voir à Paris au Champ de Mars, dans le Bois de Vincennes ou le Parc Monceau.

De nombreux vestiges existent dans notre cité et dans ce quartier, plus particulièrement.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

        Nous passons devant la maison d’Arlette et filons sur les hauts de st Julien par la rue du groupe scolaire, puis la rue du centre pour atteindre la rue Pierre Béranger que nous traversons; une descente d’escalier nous amène à l’esplanade de l’église et son campanile.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

   Histoire de Saint Julien.    

Le quartier de Saint Julien, perché à 160 mètres d’altitude, tient son nom de "Sancti Juliani", l’ancien village-paroisse autour duquel il s’est développé. 

C’est sur ce site que Jules César avait installé l’un de ses campements au moment du siège de Marseille, en 49 avant J-C. La ville avait à cette époque-là, comme d’autres en Provence, choisi Pompée contre César. 

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

   

           Assiégée pendant 6 mois, elle fut prise ensuite par celui qui bientôt serait sacré empereur de Rome. Ce campement, qui servait essentiellement à l’observation, engendrera la naissance d’un petit bourg. Mais pendant des siècles, Saint-Julien est resté à l’écart du développement, avec une activité très rurale. Seuls les moines et les gens d’armes occupaient le terrain.

Au 12ème siècle, au milieu de champs plantés de vigne appartenant au monastère, une communauté religieuse s’installe. C’est elle, inscrite sur les registres de Saint Victor sous le nom de Sancti Juliani, qui vraisemblablement baptisera aussi de ce nom le secteur géographique.

         A la même époque, est achevé le « Castrum Juliani », un château qui sera placé sous l’autorité de l’évêque de Marseille par le pape Innocent II en 1141.

Le village fortifié devient alors Château Julien.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

         Il ne reste rien de l’édifice médiéval, à la fin du XIXe siècle les derniers vestiges ont été détruits, pour élargir la grande rue (devenue Pierre Béranger) et dégager l’actuelle place Eugène Bertrand, qui auparavant s’appelait place du château.

Cependant, une tour en ruine et quelques portions de remparts qui enserraient le village sont encore de nos jours des vestiges du site fortifié, qui autrefois dominait la vallée de l’Huveaune.

Entre 1715 et 1720 la population du bourg augmente sensiblement, car les épidémies de peste frappent Marseille.

Selon certains historiens, la cité phocéenne aurait perdu à cette période-là presque la moitié de sa population (environ 50 000 morts).

De nombreuses familles fuient la ville et les territoires ruraux ,dont Saint Julien- profitent de la grande peur que les milieux urbains engendrent.

 

Entre 1850 et 1870, Saint Julien bénéficie de l’embellie industrielle et commerciale de Marseille qui gagne, en vingt ans, 220 000 nouveaux habitants (plus de la moitié sont des étrangers, (surtout des Italiens).

En 1875 les tramways à chevaux accélèrent le développement de Marseille au-delà du Jarret (la desserte va jusqu’au Trois Lucs). Le morcellement des grandes propriétés (La Comtesse, Pinatel, Rampal) s’amorce, au profit d’un nouvel habitat.

De nouveaux quartiers, périphériques au village et au vieux château de Saint Julien, mais dépendants de cette paroisse, apparaissent aussi : Les Caillols, Les Olives et les Martégaux.

Au moment de la Libération, le premier combat sur le territoire marseillais a eu lieu à Saint Julien, au cœur du village.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

      Le 23 août 1944, la troisième section (55 hommes) de la 1ère compagnie de fusiliers-voltigeurs, commandée par le lieutenant Roger Audibert, est accrochée par un détachement allemand. Cet illustre militaire français a participé à la Libération à la fois de Marseille et des Camps d'extermination.

http://mvr.asso.fr/front_office/fiche.php?idFiche=1512&TypeFiche=3

Par délibération du conseil municipal du 27 juillet 1946, la Place du Monument (il y avait une stèle érigée pour les morts de la Grande Guerre, qui a été depuis déplacée au cimetière) a pris le nom d’Eugène Bertrand.

C’était un commandant FFI, originaire du Vaucluse et « mort pour la France ».

Ce village aux rues étroites est blotti autour de son église, sur un rebord rocheux dominant la dépression des Caillols au sud.

Son extension s’est faite au nord, autour du boulevard de la Comtesse, ainsi que le long de l’ancien chemin conduisant du centre de Marseille à Allauch par Saint-Barnabé et les Trois-Lucs.

On y trouve encore des belles propriétés bourgeoises et quelques espaces verts, qui en font un quartier plutôt résidentiel, voisinant avec des ensembles de petites villas modestes datant du milieu du xxe siècle mais aussi l’ancienne "Villa Mille Roses" ayant appartenu à Fernandel.

Les limites officielles de Saint-Julien incluent également le quartier de Beaumont, situé à l’ouest du noyau villageois sur la route de Saint-Barnabé.

 

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

           Encore quelques volées de marches, et nous voilà sur la dalle de couverture du Canal de Marseille; nous cherchons alors un endroit pour pique-niquer   mi-ombre mi-soleil, nous le trouvons enfin, il est 12h20 et l’installation est rapide : Pour certains, c’est le banc , d’autres, le mur Est du canal, ou alors le talus ombragé Ouest.

Au cours de cette halte, nous imaginons la fréquentation publique générée par cet ouvrage par le passage continuel de joggers, promeneurs, cyclistes. Ce qui démontre qu’une fois couvert et donc sécurisé, les riverains se sont appropriés le site pour une amélioration de leur vie quotidienne.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

         Nous poursuivons notre cheminement dès 13h20; le canal s’arrête bientôt à la traverse des Caillols, qui à droite conduit au centre d’entraînement de l’OM : "La Commanderie", mais également à l’Institut Supérieur Marseille-Cadenelle (ISCM).

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

          Mais nous prenons à gauche, dernière difficulté, en rampe sous circulation constante et à voie unique ; heureusement ça ne dure pas et nous atteignons la traverse de la Serviane beaucoup plus calme, qui est située sur la crête et nous permet d’évaluer le changement de temps, venant d’Aubagne, de gros nuages noirs roulent dans le ciel et nous font accélérer le pas.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

        Sur la droite le panorama bien que voilé, nous laisse découvrir notre ville.

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

      Un arrêt minute au Monastère de la Serviane, où Gérard nous explique qu’il abrite la Congrégation des Filles du Cœur de Jésus, et qu’en 1884 la Mère Supérieure, Marie Deluil -Marrtiny fut poignardée par son jardinier qu’elle venait de licencier et en 1989 elle fut béatifiée par Jean-Paul II. Elle est fêtée à Anvers le 27 février. Son corps est conservé dans dans une chasse de verre, dans la Basilique du Sacré-Cœur à Berchem en Belgique.

 

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine
RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

Pour Marie-Ange, voici la photo du très beau massif d’asters qu’elle avait déjà remarqué en 2013 (mémoire sélective, hi !hi !).

RANDO du 7 Mai St Just La Valentine

            Nous rejoignons la traverse Rampal, quelques rocailles, de beaux seringas dans les propriétés riveraines, nous pressons le pas car depuis quelques minutes, des gouttes de pluie font leur apparition ; nous arrivons traverse de la Martine, l’environnement a changé ; retour au XXI ° siècle avec pollution, bruit et leur cortège de nuisances.

Gérard décide, à l’inverse de la précédente édition de cette rando, de quitter la traverse de la Martine et partir à droite et traverser le lotissement des Hauts de la Martine, malgré les panneaux de privatisation.

Et merveille, on arrive très rapidement au giratoire Gaïa à la Valentine, où la pluie commence à tomber ; un abri-bus nous tend les bras où toute notre petite troupe vient s’abriter ; le 15 arrive et nous ramènera en partie à Dromel où chacun repartira dans sa direction domiciliaire.

 

Performances de la Journée :

Distance : ……9kms

Dénivelé : ……180m

Marche  : ……3h15

 

Un grand merci à Gérard et Jacques pour cette intéressante Rando Citadine.

Les Photos et le Compte Rendu sont de Gérard, j'ai rajouté des anciennes cartes postales.Merci Internet.

 

Commenter cet article